• Kuroko's Basket

    Kuroko's Basket

     

    Lorsqu'on veut escalader une montagne, il faut en viser le sommet. Mais n'oublions pas de nous amuser.  

    L'anime en bref

    Date de sortie : 2012

    Nombre de saison : 3

    Nombre d'épisodes : 25 (25 minutes) par saison

    Réalisateur : TADA Shunsuke 

    Genre : Sport, Tranche de vie

    Interdiction : Aucun

    Licencié par ADN

     

    De quoi ça cause ?

    C’est la rentrée au club de basket-ball du lycée Seirin et cette année, deux rookies se démarquent... D’un côté, l’impétueux Taiga Kagami, fraîchement revenu des Etats-Unis où il a fait ses armes sous les arceaux. De l’autre, le chétif et très effacé Tetsuya Kuroko dont on murmure qu’il fait pourtant partie de la légendaire "Génération Miracle" et serait capable de sortir de véritables coups de génie…

    Ces deux joueurs que tout oppose vont devoir se compléter sur le terrain et mettre le feu au playground afin de mener Seirin vers les sommets du championnat !

     

    Kuroko's Basket

     

    Ce que j'en pense

    Kuroko's Basket est un réel coup de coeur pour moi. J'ai toujours été une grande fan des anime sportif (Captain TsubasaPrince of Tennis), mais ceux-ci ont la mauvaise tendance à traîner en longueur. C'est pourquoi j'ai hésité à regarder Kuroko. Finalement, quand j'ai commencé à la regarder, je me suis fait un véritable marathon et j'ai regardé 50 épisodes (= saison 1 et saison 2) en 3 jours ! Un record pour moi qui ne regarde pas beaucoup d'anime. 

    Alors pourquoi cet engouement ? 

    Déjà, parce que le rythme est parfaitement mené. L'histoire ne traîne pas en longueur, contrairement à mes doutes. Certes, certains matchs se déroule sur 2 ou 3 épisodes, mais ils sont coupés par des flash-back ou des temps morts. En somme, le spectateur ne s'ennuie pas. Ensuite, le rythme de l'anime, est à l'image des matchs. En effet, il y a des changements de rythmes brutaux qui galvanisent le spectateur. On exulte littéralement lorsqu'un panier est marqué, ou lorsque Seirin gagne le match. Pourtant, il ne faut pas se faire d'illusion, un anime sportif signifie que l'équipe principale va tout gagner. C'est logique, on le sait, mais on suit tout de même les exploits (car oui, se sont de véritables exploits) des joueurs. 

    Réellement, Kuroko's Basket vous fait adorer le basket et vous donne envie d'y jouer. Bon, c'est clair, personne n'est capable de jouer comme eux, sauf comme les remplaçants de Seirin qui sont totalement normaux. Pas de technique spéciale ou de coups de génie. 

    Ensuite, il faut reconnaître la qualité de l'animation. Les dessins sont propres, les traits fluides, les décors dessinés à la main / PC, mais jamais en 3D (on ferra une exception pour le panier de basket), ce qui est vraiment confortable pour les yeux. Ensuite, les scènes sont vraiment bien animées. Les dessinateurs ont su accentuer les traits là où il fallait pour rendre l'action plus marquante. Ajoutons que la manière dont les joueurs bougent et font leur mouvements incroyables (sauts très hauts, dribbles...) peuvent être reproduits. En cherchant un peu, on retrouve sur internet les mêmes coups spéciaux (slam dunk, meteor jam, passes incroyables) sur YouTube réalisés par des joueurs de la NBA.

    Les points de vu jouent beaucoup dans la tension. Car si on suit avec autant d'acharnement cet anime, ce n'est pas seulement grâce aux personnages principaux, mais également à la tension qui émane des adversaires. Tension écrasante à mesure que les membres de la Génération Miracle se dévoilent. 

    Car chaque équipe principale comporte un membre de la Génération Miracle. Chacun de ces joueurs se caractérise par la couleur de ses cheveux par son talent particulier. Ainsi, Kise peut reproduire n'importe quelle technique vue, Midorima est un pro des tirs à trois points, Aomine est un génie du panier... Et Kuroko est une ombre (il n'a aucune présence). Ces personnages finissent pas être attachants malgré leurs manies... très énervantes (Kise appelle tout le monde "Mon petit", Midorima est un parano de l'horoscope...) notamment grâce à leurs défaites. Défaites causées par le petit Kuroko et son acolyte, Kagami, un nouveau venu de la même trempe de la Génération Miracle. En somme, tous les personnages progressent, et puisent dans leurs ressources. C'est cette évolution qui rend l'anime si addictif

    Pour finir, saluons également la musique et l'opening. Dynamique, sympathisant avec l'heavy métal, elle galvanise l'anime et joue un rôle important dans la mise en valeur des actions et dans le rythme de l'histoire. Elle participe à la jubilation. 

    N'oublions pas l'humour qui permet de relâcher la pression. Celui-ci est aussi bien dû à la tronche que tirent parfois les personnages, qu'aux capacités très étranges de la Coach en cuisine (capacités mauvaises) ou aux situations dans lesquelles se trouvent les personnages. 

    En somme, cette anime est une véritable perle dans la catégorie des anime sportifs. Dynamique, amusant et réellement addictif, il permet d'aimer le basket, de le comprendre de manière assez simple et de passer réellement un bon moment. 

     

     

    ★★

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :