• La Passe-Miroir, tome 1 - Les Fiancés de l'Hiver, de Christelle Debos

    Les Fiancés de l'Hiver, de Christelle Debos

     

    — J’ai tué un homme.

    Il avait jeté cela d’un ton nonchalant, comme une banalité, entre deux lampées de soupe. Les lunettes d’Ophélie blêmirent. A côté d’elle, la tante Roseline s’étrangla, au bord de la syncope. Berenilde reposa sa coupe de vin d’un geste calme sur la nappe de dentelle.

    — Où ? Quand ?

    Ophélie, elle, aurait demandé : « Qui ? Pourquoi ? »

    — A l’aérogare, avant que je n’embarque pour Anima, répondit Thorn d’une voix posée. Un disgracié qu’un individu mal intentionné m’a dépêché aux trousses. J’ai quelque peu précipité mon voyage en conséquence.

    — Tu as bien fait.

    Ophélie se crispa sur sa chaise. Comment donc, c’était tout ? 

    « Tu es un assassin, parfait, passe-moi le sel… »

     

    Le livre en bref

    Année de sortie : 2015

    Auteur : Christelle Debos

     Nombres de pages : (Editions Gallimard)

    Genre : Fantastique, Aventure, Jeunesse

     

    De quoi ça cause 

    Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

     

    Les Fiancés de l'Hiver, de Christelle Debos

     

    Ce que j'en pense

    Un roman jeunesse. Voilà un moment que je n’avais pas lu un livre qui se reconnaissait comme tel, ces livres étant souvent une redite d’une œuvre déjà existante, avec une narration certes fluide, mais trop rapide, et finalement, où je n’y trouvais plus d’intérêt.

    Les fiancés de l’hiver est donc le premier roman jeunesse que j’ai lu depuis longtemps. D’abord intriguée par le titre, j’avais parcouru les deux premières lignes du résumé avant de laisser tomber. Finalement, il m’a été offert pour mon anniversaire.

    Dans cette œuvre, on suit le destin d’Ophélie, jeune animiste possédant la capacité de lire les objets, c’est-à-dire, de remonter dans les sentiments et dans l’histoire des ses propriétaires. Elle peut également donner vie aux objets et traverser les miroirs, capacité rare, même parmi les animistes. Or cette jeune fille se retrouve mariée contre son gré à un un homme du Nord, Thorn, membre du clan des Dragons. Elle n’a d’autre choix que de le suivre dans son pays et de s’adapter à un monde et à une culture totalement différente de la sienne. Tantôt servante, tantôt valet, Ophélie doit cacher son identité afin de ne pas être victime des hommes haïssant son fiancé. C’est de cette manière, et grâce à sa curiosité qu’Ophélie traverse les épreuves qui se dressent sur son chemin.

    Le style d’écriture est léger et dynamique. On entre rapidement dans l’histoire, et peu de passages plus lents ou moins intéressants viennent ponctuer la lecture. En somme, on passe un bon moment, et les cinq cents pages du romans se lisent assez rapidement.

    Les personnages sont également intéressants. Ophélie est une jeune fille qui semble assez empotée aux premiers abords, mais qui est finalement très débrouillarde et qui sait se débrouiller en toute circonstance. Bien que non adaptée au monde dans lequel elle entre, elle comprend assez rapidement les rouages qui le forment et tente de se faire sa place dans un univers où seule la loi du plus fort est respectée. Entre magouilles politiques et menaces de mort, elle arrive à se faire des alliés, pas forcement sur le droit chemin mais qui sont loyaux (dans une certaine mesure).

    Le fiancé de la demoiselle, Thorn, n’est pas sans rappeler le personnage de Mr Darcy, dans Orgueil et Préjugés de Jane Austen. Tout comme lui, il se montre comme un personnage froid, taciturne, et n’ayant pas grand intérêt pour les autres, et comme lui, il évolue et va à l’encontre de ce qu’il est et de sa personnalité pour celle qu’il aime (quoique...).

    Rosaline, le chaperon d’Ophélie est également un personnage sympathique, fier et exubérant, mais tentant toujours de faire au mieux pour protéger sa nièce et apporter de la fierté à sa famille restée sur Anima.

    Quant à Berenilde, la tante de Thorn, il s’agit d’un personnage aux humeurs instables, tantôt douce et chaleureuse, tantôt aussi glaciale que l’univers dans lequel elle évolue. Elle reste pourtant un allié très important pour Ophélie, puisqu’il s’agit d’une des rares personnages, avec Thorn, à qui elle peut faire confiance.

     

    D’autant plus que l’intrigue a tout pour plaire. Une jeune fille couvée par sa famille, sans réels amis, et empotée se retrouve embarquée dans une aventure qui la dépasse.

    Mélange de magie, et d’aventure, l’oeuvre est en réalité une jolie quête initiatique où l’héroïne doit trouver la force en elle d’affronter les intentions malveillantes des Dragons, mais également des autres familles influentes du Pôle. Servit par des personnages bien construits et intrigants, le roman se laisse lire avec facilité et plaisir. 

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :