• Le mystère Henri Pick, de David Foekinos

    Le mystère Henri Pick, de David Foekinos

     

    «On est tombés sur un chef-d’oeuvre, annonça Delphine.

    — Ah bon ?

    — Au début, je me suis dit qu’il y avait quelques bonnes pages, pourquoi pas après tout, et puis je me suis laissé emporté par l’histoire. Je ne pouvais pas lâcher le livre. Je l’ai lu en deux heures. J’ai été boulversée. Et tout cela était porté par une écriture si étrange, à la fois simple et poétique. Dès que je l’ai fini, je l’ai passé à Frédéric, et je ne l’avais jamais comme ça. Je l’ai senti subjugué.

    — Oui, c’est ça, confirma Frédéric qui paraissait encore sous le choc.

    — Mais ça parle de quoi ce live ? 

    — On a emprunté le manuscrit.»

     

     

    Le livre en bref

    Année de sortie : 2016

    Auteur : David Foekinos

     Nombres de pages : 

    Genre : Mystère, Enquête

     

    De quoi ça cause ?

    En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu’elle estime être un chef-d’oeuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche de l’écrivain et apprend qu’il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n’a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses... Aurait-il eu une vie secrète ? Auréolé de ce mystère, le livre de Pick va devenir un grand succès et aura des conséquences étonnantes sur le monde littéraire. Il va également changer le destin de nombreuses personnes, notamment celui de Jean-Michel Rouche, un journaliste obstiné qui doute de la version officielle. Et si toute cette publication n’était qu’une machination ?  

     

    Le mystère Henri Pick, de David Foekinos

     

    Ce que j'en pense

    Ce livre m’a été offert pour mon anniversaire autour du thème «les bibliothèques étranges» « les romans publiés (ou non)» et « des livres dans les livres » . Autant dire que ce livre rempli les deux critères. Fana de lecture, je partais donc intriguée. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut lire un roman traitant des livres refusés par les éditeurs. Je savais par ailleurs, que même si le roman ne me plaisait pas, que sa lecture en serait facile. David Foekinos a une plume légère, et après Dans la foule, serait très agréable à lire. Et je ne me suis pas trompée.

    La plume n’est pas la plus littéraire qui soit, comparée aux grands noms de la littérature, mais est très légère et agréable. Elle ne s’étend pas en descriptions inutiles et donne à l’oeuvre un rythme rapide et dynamique très agréable. Foekinos, quel que soit ses personnages, arrive à faire ressortir une douceur et une tranquillité reposante.

    Le sujet de l’oeuvre est lui aussi intéressant, surtout pour les mordus de littératures et ceux qui sont intrigués par l’autre côté du livre, soit la partie édition. En effet, on suit Delphine, jeune éditrice mariée à un écrivain au succès limité. Ensemble, ils entendent parler d’une bibliothèque intrigante où sont acceptés tous les livres non édités. Là-bas, ils découvrent une perle parmi tous ces livres dont la qualité peut être remise en cause. Delphine décide alors de faire éditer l’oeuvre, écrite par un certain Henri Pick, pizzaïolo n’ayant aucun attrait pour l’écriture. La genèse de l’oeuvre captive donc, et le roman devient un best-seller. Toutes les libraires se l’arrache alors que l’incompréhension monte chez certains qui mettent en doute la véracité de l’auteur. Comment un homme qui n’a jamais lu de sa vie pourrait-il avoir écrit une oeuvre d’aussi bonne qualité ?

    Le roman se présente donc comme un simili d’enquête policière, où un journaliste cherche à découvrir le véritable auteur du roman.

    Il est intéressant de voir tout ce que peut engendrer la découverte d’un livre et les conséquence que cela peut avoir sur la vie des gens, des maisons d’éditions et sur la presse. Un bel effet boule de neige est décrit dans ce roman.

    Les personnages, dynamiques et complémentaires, portent le roman et donnent le rythme selon leur personnalité et leurs envies. Le personnage de Madeleine, vieille dame éternellement jeune dans son esprit et faisant preuve d’humour du haut de ses quatre-vingt ans, est excellent. Sa fille, en revanche, dépressive et toujours sombre énerve jusqu’à l’arrivée de Jean-Michel Rouche, ancien journaliste et looser.

    Les couples qui se croisent et se construisent, comme celui de Delphine et Frédéric sont remplis de douceur et ne surcharge pas l’histoire qui ne s’attarde pas sur eux.

    En réalité, la particularité du roman repose sur sa présentation. Tout semble fait pour faire passer l’oeuvre comme un mélange entre policier et roman historique. Les notes en bas de page donnent des informations non nécessaires à l’histoire comme un historien le ferait d’une anecdote dont il ne voudrait pas se séparer. A mesure que le narrateur déroule son histoire, le lecteur se perd, ne sachant si le mystère Henri Pick est réel ou s’il s’agit juste d’un roman particulièrement bien mené.

    Bien que la lecture du roman soit agréable, on n’en ressort pas chamboulé ou émerveillé, et c’est ce qui manque à l’oeuvre. Il ne transporte pas le lecteur, et ne le captive pas. On décroche par moment, voire on attend la fin avec impatience. Fin grandiose et très surprenante qui permet au lecteur de se souvenir d’un roman qui pourrait s’oublier assez rapidement et qui l’encourage à le lire une seconde fois pour comprendre toutes les subtilités. 

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :